Cette article est en construction...

Master en Biotechnologie et Santé
Biocapteurs pour le diagnostic médical

 

Objectif de la formation

 

  • Connaitre les matériaux impliqués dans la transduction et comprendre leurs propriétés physico-chimiques.
  • Apprendre les méthodes de la bio-ingénierie de surfaces.
  • Apprendre les techniques de préparation et de caractérisation des surfaces bio-fonctionnelles.
  • Apprendre les méthodes de transduction et de détection
  • Acquérir des compétences en traitement de signal.
  • Acquérir des compétences dans la conception et la production d’outils de diagnostic (biopuces, biocapteurs, Lab on a Chip, etc).

 

Il est important de rappeler que cette discipline est quasiment inexistante en Algérie, et cela malgré le besoin grandissant en termes de méthodes de dépistage et de diagnostics précoces des pathologies (cancers, diabètes, etc.).

Le but ultime de cette formation est pour commencer à bâtir une masse critique de compétences capable de prendre en charge la maîtrise, le développement et l’innovation dans ce domaine dans une visée d’expertise et de production locale afin de fournir des installations de test au point de soin dans les hôpitaux et aussi dans les régions éloignées du territoire national et international.

Les Biocapteurs en diagnostic médical

Le domaine des biocapteurs est interdisciplinaire par nature et concerne notamment les interactions aux interfaces matériaux inertes-milieux biologiques.

Les biocapteurs mettent en commun les connaissances de plusieurs disciplines : sciences des matériaux, chimie – physique des biointerfaces, biologie cellulaire et moléculaire, microbiologie, microélectronique et informatique afin de mieux aborder les grandes questions posées par la R&D dans ce domaine à savoir, la bio-reconnaissance, la sensibilité et la sélectivité.

La pierre angulaire de la popularité des biocapteurs dans la détection d'une large gamme de biomolécules (ex. biomarqueurs) dans le diagnostic médical est due à leur simplicité de fonctionnement, à leur sensibilité plus élevée, à leur capacité à effectuer de multi-analyses et à une capacité d'intégration avec une fonction différente de la même puce. Cela implique un développement continu de la technologie vers la capacité d’analyses en parallèle, la fabrication et la miniaturisation des dispositifs afin qu'ils puissent fournir des systèmes d'analyse simples, appelés laboratoire sur puce, à la population.

Principe de fonctionnement d’un biocapteur : un analyte (ex. goutte de sang) est en contact avec un biorécepteur (ex. molécule biologique) greffé sur la surface d’un matériau ayant des propriétés de transduction de la bioreconnaissance (récepteur-cible). Le signal de la bioreconnaisance est amplifié pour la lecture.

 

 

Equipe pédagogique : Prof. Youcef Ferdi

Dr. Ammar Azioune

Dr. Amina Rhouati

Dr. Sihem Chehlatt

Coordination: Ammar Azioune

     La biotechnologie de l’environnement est l’intégration des sciences naturelles et du savoir-faire de l’ingénieur dans l’utilisation d’organismes, de cellules, ou de leurs parties et analogues moléculaires, en vue de l’obtention de produits ou de services en application à la protection de la qualité de l’environnement ou à l’assainissement de celui-ci.

Compétences à acquérir par la formation

 

- Acquisition de compétences en matière de prise de décision quant au choix des méthodes ou processus d’élimination des xénobiotiques à partir des différents milieux. Acquisition de connaissances et de compétences pour être en mesure de choisir les techniques adéquates suivant les situations de pollution et les caractéristiques du milieu.

- Maitrise des méthodes d’analyses physico-chimiques des eaux et des sols afin d’être en mesure de choisir les techniques de traitement des eaux et des sols en fonction des caractéristiques du milieu et d’évaluer leurs performances en aval.

- Acquisition de connaissances et de compétences pour la définition, le développement, l'utilisation et le contrôle des bioprocédés en matière de traitement des eaux potables et usées, des sols pollués et de traitement des déchets.

- Connaissance des différentes lois nationales et internationales en matière d’environnement ainsi que les conventions internationales signées par l’Algérie, en vue d’appliquer les techniques de biotechnologie environnement dans un cadre légal.

 

Organismes et institutions étatiques :

  • Inspections régionales de l’environnement.
  • Directions de l’environnement de Wilaya.
  • l’Office national de l’assainissement (ONA) qui a sous sa direction 130 stations d’épuration.
  • Agences nationales d’assainissement des eaux (ANAE).
  • Agences nationales des déchets (AND).
  • Centre de développement des énergies renouvelables (CDER).
  • Centre national de développement des ressources biologiques (CNDRB).
  • Centre national des technologies de la production propre (CNTPP).
  • Centre National de recherches en Biotechnologies de Constantine (CRBT).
  • Centre National d’analyses physico-chimiques.
  • Agence nationale des ressources hydriques

Entreprises privées :

SAIMEX Algérie, Techn-eaux, Water Service Africa, Hydro-traitement, SUEZ Environnement, AMEDIC Sarl, SNC-Lavalin Algérie, Groupe AMENHYD, SGS-Alger, SATEIG.

 

                                               

 Les Biotechnologies rouges : secteur de la santé


Ensemble des méthodes et des techniques qui utilisent comme outils des organismes vivants (cellules, bactéries, levures, …) ou
des parties de ceux-ci (gènes, enzymes,…) dans le domaine de la santé humaine et animale, ceci inclut différents secteurs :


- Pharmaceutique ⇒ Antibiotiques, Anticancereux, Vaccins…
- Parapharmaceutiques ⇒ Cosmétiques et Biocomposés innovants (ex. Vitamines et antioxydants).
- Biomédical ⇒ Etude du génome, Maladies génétiques, cancers…
- Dépistage et analyse ⇒ diagnostique, prévention et suivi des traitement.

          rafik4

 

rafik3       rafik1

 

     Ce master confère aux ingénieurs en biotechnologie de l’ENSB une spécialisation en amélioration génétique des plantes qui leur permettrait de s’intégrer concrètement dans des projets d’application innovants et de Recherche-Développement dans le domaine des productions végétales. Le programme proposé couvre les domaines allant de la sélection génétique classique à l’utilisation des biotechnologies les plus actuelles. Pour le développement de programmes d’amélioration des espèces végétales d’intérêt.

 

   Ce master s’adresse principalement aux étudiants qui souhaitent s’orienter vers l’application des biotechnologies en sciences du végétal. Il les amènerait à acquérir une démarche expérimentale utilisant les nouveaux outils moléculaires dans les champs d’applications en recherche fondamentale et appliquée aux biotechnologies et en amélioration des plantes d’intérêt agronomique, aromatique et médicinale.

 

     Ce master permettrait aussi l’accès au doctorat pour l’insertion à ce niveau dans des organismes d’enseignement supérieur, comme il permettrait d’intégrer les organismes de recherche publics et privés ou d’enseignement supérieur. Il ouvrirait également la voie d’accès aux organismes techniques spécialisés (ITAFV ; ITGC), aux laboratoires de recherche et développement des industries biotechnologiques du domaine, telles : les pépinières et entreprises d’horticulture, de production de semences, de conservation des forêts, les laboratoires d´analyses génétiques et moléculaires, les organismes en charge du contrôle de qualité et de conformté et de traçabilité…